Outils de résolution de problèmes

Résolution de problèmes

8 D (8 Disciplines) : Outil de résolution de problèmes qui regroupe en les structurant de manière cohérente les principaux outils de la résolution de problèmes.
———-
Voir : La méthode 8D – Outils de résolution de problèmes
3K Tâches souvent ingrates, dites « 3K » au Japon, Kitanaï = sale ; Kitsuï = dur ; Kiken = dangereux. (boulots sales, ennuyeux et dangereux).
3M Outil de Lean management qui identifie trois formes de gaspillage et propose pour chacune d’elle des voies pour les éliminer. 3M = Muda (Le Gâchis délibéré) ; Mura (Irrégularité) ; Muri (Excès).
———-
Voir : La méthode 3M
4M 4 groupes de facteurs majeurs pour industrie (matières, machines, méthodes de travail, méthodes de mesure)
5 Pourquoi ou Why-Why analysis : méthode de résolution des problèmes qui consiste à se poser plusieurs fois la question Pourquoi ? et répondre à chaque Pourquoi en observant les phénomènes physiques.
———-
Voir : 5P, Méthode 5 Pourquoi
5G 5G (Gemba, Gembutsu, Genjitsu, Genri, Gensoku)actes simples qui matérialisent 5 étapes fondamentales à accomplir l’une après l’autre, afin de résoudre efficacement un problème posé. C’est une méthode japonaise de résolution des problèmes dont le but est essentiellement basé sur l’arbitrage du conflit entre :

  • la théorie (les concepts) et la pratique (la réalité) ;
  • ce que nous voulons faire et ce qui peut être effectivement fait

———-
Voir : La méthode 5G

5M 5M (Machine, Matière, Milieu, Méthodes, Main d’œuvre). Composantes du diagramme causes/ effet ou d’Ishikawa ou en arête de poisson : Permet de classer et de visualiser les idées issues d’un brainstorming réalisé par un groupe pour la résolution d’un problème. Les 5M servent de base au classement des causes. Ce diagramme permet de faire un inventaire exhaustif des causes possibles.
———-
Voir : 5M – Méthode d’Ishikawa
5S 5S (SEIRI-Débarrasser ; SEITON-Ranger ; SEIKETSU-Nettoyer ; SEISO-Maintenir propre ; SHITSUHKE-rigueur). Outil utilisé pour assurer et pérenniser la propreté, le rangement dans les ateliers ou les bureaux et améliorer le cadre de travail.
———-
Voir : La méthode des 5S
Analyse PM ou 2P5M 2P = Problème + Phénomène physique / 5M = Mécanisme de génération du problème + Machine + Main d’œuvre + Matériel + Méthodes
Outil développé par le JIPM pour résoudre les problèmes complexes, Utilisée lorsque les méthodes causes/effet s’avèrent insuffisantes. Repose sur l’étude des phénomènes d’un point de vue physique ou mécanique.
Andon Signal disponible sur une chaîne d’assemblage permettant à l’opérateur qui détecte une anomalie d’arrêter la production. Cet arrêt entraîne le « regard d’autrui », qui a une grande importance au Japon.
Brainstorming Technique de recherche qui consiste à recenser le maximum d’idées, d’information ou de solutions sur un thème ou problème donné, et en un laps de temps réduit. Cette recherche d’idée est faite dans le cadre d’un groupe de travail hétérogène, pluridisciplinaire et suffisamment représentatif de la population concernée par le projet. Les termes « remue-méninges », « tempête d’idées » et « créativité » sont quelques fois utilisés pour désigner cette méthode
Cartes de contrôle Créée par Walter A. Shewhart, la carte de contrôle est l’un des outils de base utilisé pour la maîtrise statistique des procédés. C’est un graphique représentant des images successives de la production, prises à une certaine « fréquence de prélèvement », à partir d’échantillons prélevés sur la production. On reporte sur le ou les graphiques de la carte les différents calculs effectués sur les échantillons (moyenne, écart-type, étendue, nombre, pourcentage, …).La carte de contrôle permet de visualiser la variabilité du procédé et de détecter les dérives en distinguant les causes aléatoires des causes assignables.Les valeurs relevées ou calculées sont les suivantes :
o    La moyenne
o    Limite de contrôle inférieure et supérieure résultant d’un calcul effectué à partir des valeurs relevées.
Diagramme des affinités  Le diagramme d’affinités est  un outil de base de résolution de problèmes de tout pilote du changement. Son utilisation permet en un temps intense mais limité de créer une vision partagée d’une situation et de la mettre en problème afin de pouvoir bâtir les plans d’action pertinents subséquents.Pour construire le diagramme d’affinités :
o    L’animateur inscrit le problème au tableau et distribue des cartes vierges ;
o    les spécialistes écrivent une idée par carte ;
o    l’animateur ramasse, mélange les cartes et les épingles sur un tableau ;
o    le groupe les étudie en deux phases :—    en les classant par affinité, en procédant de manière intuitive ;
—    en recherchant les affinités rencontrées puis en les rendant explicites (titre, définition, résumé du contenu)De ces éléments qui semblaient a priori sans relation, émergent de nouveaux points de vue qui permettent d’analyser et de développer de nouvelles approches. Utile lorsqu’on a affaire à une situation complexe et sans réponse évidente.
Diagramme des alternatives Outil d’analyse qui permet de prévenir, d’anticiper des situations de réussite ou d’échec, et d’accompagner les changements pouvant intervenir lors de la phase de réalisation du projet.
Diagramme en arbre Outil d’analyse qui permet de représenter des idées et les classifier hiérarchiquement afin d’analyser des sujets complexes. En décomposant une situation en plusieurs niveaux de plus en plus détaillés, on obtient une vue d’ensemble et une représentation hiérarchique des relations entre les différents éléments de la situation, ce qui facilite grandement l’analyse et la planification.
Feuilles de relevés  La feuille de relevé permet de faciliter et de formaliser la saisie des informations sur un poste de travail. Elles sont conçues suivant les critères suivants :
o    Facilité de relevé ;
o    Facilité de lecture ;
o    Facilité d’archivage.
Grille SMART (Spécifié, Mesurable, Acceptable, Réaliste, Situé dans le temps) : outil d’analyse qui permet, en une phrase bien construite, de définir les objectifs, de les quantifier, de les situer dans le temps, de voir s’ils sont réalistes et acceptables (d’un point de vue moral, légal…).  On peut utiliser cet outil à chaque fois que l’on parle des objectifs et en répondant aux questions suivantes :L’objectif est-il :
o    Spécifié (est-il bien défini ?)
o    Mesurable (y a-t-il un indicateur lié ?)
o    Acceptable (d’un point de vue légal, moral, sécurité, …)
o    Réaliste
o    Situé dans le Temps
On obtient un objectif complètement décrit.
———-
Voir : La grille SMART
Logigramme Outil d’analyse qui permet de décrire de façon détaillée un processus, en le découpant en étapes.
Matrice de comparaison Outils d’analyse et d’aide à la décision qui permet de classer des opinions entre elles en dégageant celle qui a la plus forte valeur.
Matrice de compatibilité Outil d’analyse dont l’objectif est de classer des opinions entre elles selon des critères préalablement définis.
Matrice QA  (Quality Assurance) : Outil utilisée pour supprimer les micros défaillances (défauts qualité ou défaillances chroniques d’un équipement). À partir des caractéristiques voulues, exige de définir les tolérances et les moyens de mesure, puis détermine quels sont les points du processus qui font ces caractéristiques. Ces points étant déterminés, on imagine quelles sont les anomalies qui peuvent survenir au niveau des 4M (Machine, Méthodes, Main d’œuvre, Matière). L’existence éventuelle de ces anomalies est alors vérifiée sur le terrain et débouche sur leurs corrections et la fixation de nouveaux standards définissant les conditions optimales (nécessaires + sans risque). Ces nouveaux standards sont alors formalisés dans une matrice assurance qualité.
Matrice QFD La matrice QFD (Quality Function Déployment, Déploiement des Fonctions Qualités) est un outil d’aide à la décision dans la conception de produits ou de services. Cette matrice permet de représenter les caractéristiques et paramètres critiques pour le client (attentes, besoin du marché, désirs des futurs utilisateurs) recensés lors d’enquêtes marketing ou de benchmarking par exemple, et de coupler aux différentes solutions envisagées. La grille réalisée permettra ainsi d’évaluer les meilleures solutions dès la conception du produit ou du service.
Metaplan Outil d’analyse des problèmes en groupe. Chaque participant inscrit sur un « post-it » son idée (oral du brainstorming remplacé par l’écrit). Les post-it étant regroupés par l’Animateur en familles.
———-
Voir : Le brainstorming
 
Méthode Euler  Développée par le mathématicien Leonhard Euler, il s’agit d’une procédure numérique pour résoudre par approximation des équations différentielles du premier ordre avec une condition initiale. C’est la plus simple des méthodes de résolution numérique des équations différentielles.La méthode d’Euler permet d’obtenir une valeur approchée d’une valeur d’une fonction en un point lorsque la fonction elle-même n’est pas connue explicitement, mais en connaissant sa valeur en un autre point et sa dérivée (ce qui est déjà beaucoup).Elle permet alors également la construction d’une représentation graphique approchée de la fonction étudiée.
Méthode FISHER Méthode des plans d’expériences inventée par le statisticien britannique  Ronald  Fisher (1925) pour les études agronomiques. Il s’agit d’une méthode d’expérimentation factorielle, qui permet de diminuer l’incertitude sur les résultats des calculs, pour une incertitude donnée des mesures de base.Une grandeur Y appelée réponse dépend de variables X1, X2, …   , Xn appelées facteurs. On cherche à modéliser la relation entre Y et les facteurs par une fonction à plusieurs variables ;Exemple fréquemment pris : une relation linéaire
Y = a0 + a1.X1 + a2.X2 + …   , an.Xn (Les coefficients a0 à an  sont alors à déterminer).
Méthode TAGUSHI Méthode des plans d’expériences inventée par (TAGUSHI 1960) afin d’optimiser des systèmes réels. Cette méthode a pour but principal d’organiser le déroulement des expériences et de réussir à obtenir une combinaison optimale des variables d’entrée en un minimum d’essais (plans d’expériences fractionnaires).Le principal attrait de la méthode Tagushi est de proposer des expériences dans lesquelles plusieurs variables d’entrée peuvent changer de valeur simultanément.  En effet, dans un plan d’expérience complet, la méthode consiste à bloquer toutes les variables d’entrée sauf une, et de mesurer l’évolution des variables de sortie. Le principal inconvénient est donc de ne pas tenir compte des éventuelles interactions qu’il peut y avoir entre certaines variables.Avec la méthode Tagushi, non seulement le nombre d’essais est réduit, mais on tient aussi compte des éventuelles interactions entre plusieurs variables. Malgré tout, cette méthode se limite à une dizaine de variables d’entrées (appelées Facteurs) ne prenant pas plus de deux ou trois valeurs différentes (appelées Niveaux) avec une évolution linéaire entre chaque niveau.
Pareto Application de la loi des 20/80 ou loi ABC, mise en évidence par Vilfedro Pareto Sociologue et Economiste italien (1848-1923) qui constate que dans les entreprises très souvent 80 % des problèmes sont dus à 20 % des dysfonctionnements.
———-
Voir : La méthode de Pareto (20/80)
 
Plan d’expérience On nomme plan d’expérience la suite ordonnée des essais élémentaires d’une l’expérimentation. Ce plan s’intègre dans une méthodologie qui va de la recherche des connaissances sur le domaine où elle se déroule, à la définition très précise des objectifs, à la stratégie expérimentale qui définit un déroulement pouvant être conditionné par les résultats obtenus en cours de route (expérimentation séquentielle), en passant par la coordination des différents intervenants.
Poka Yoke Détrompeur. Imaginée par Shigeo Shingo, utilisation de dispositifs simples installés sur un équipement ou un poste de travail évitant une erreur.
———-
Voir : Les Poka Yoke
 
PQCDSM (Productivité – Qualité – Coûts – Délais – Sécurité – Motivation) : définit les objectifs de l’entreprise (voir hoshin kanri).
QQOQCCP (Quoi, Qui, Ou, Quand, Comment, Pourquoi). Permet de guider la recherche d’informations relatives à un problème ou d’organiser la réalisation d’une action.
———-
Voir : La méthode QQOQCCP
Why-Why  Outil de questionnement systématique destiné à remonter aux causes premières possibles d’un problème. Cette analyse des causes doit permettre de dégager des solutions (actions correctives).
———-
Voir : La méthode 5 Pourquoi

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>