Value Stream Mapping (VSM)

Cartographie de la chaîne de valeur (Values Stream Mapping)

Cartographie de la chaîne de valeur (Values Stream Mapping)

La place du VSM dans les outils Lean :

     Le Value Stream Mapping ou VSM est un outil regroupant toutes les actions (à valeur ajoutée et à non valeur ajoutée) qui amènent un produit d’un état initial à un état final. Cet outil s’attache à travailler sur un ensemble et non une partie. Sur une ligne de production, le VSM ne s’attaque pas à une machine de la ligne en particulier mais à l’ensemble de celles-ci. Le but de cette cartographie est d’arriver à obtenir une vision simple et claire d’un processus. La plupart du temps le VSM se limite à l’entreprise même, mais il est peut-être bon d’incorporer l’approvisionnement en amont et la livraison aux clients en aval. Le but ultime du Value Stream Mapping est d’avoir une représentation du temps de défilement (lead time) du produit choisi. L’analyse amènera ensuite des améliorations qui porteront sur la globalité du processus et non sur une étape lambda.

     Le VSM est un outil fondamental dans une démarche Lean. C’est le meilleur moyen de pouvoir visualiser les différents flux au sein d’une production (matière et information). Il est facile de mettre en avant les tâches à valeur ajoutée et d’identifier les différents types de gaspillages comme les stocks et en-cours. C’est un outil qui, s’il est bien utilisé, est compréhensible par tous et qui offre la possibilité d’amener différentes personnes à s’investir pour améliorer l’état actuel.

Les informations nécessaires au VSM :

Le VSM demande à ce que l’on collecte des informations fiables et au plus proche de l’état actuel du processus. Différentes notions sont décrites dans cet outil, comme :

  1. les différentes tâches qui composent le processus
  2. les différents stocks et en-cours
  3. les flux d’informations et de matières
  4. les tailles de lots de transfert
  5. les temps de cycle, de changement de série, les temps d’attente
  6. les capacités machines
  7. le TRS (taux de rendement synthétique)

Cette liste est non exhaustive et il vous appartient de vous approprier cet outil et d’intégrer ou supprimer certaines informations. Il ne faut pas oublier l’objectif du VSM qui est de se donner une image globale du processus et de mettre en lumière le temps de défilement du produit choisi.

Les règles de représentation d’un VSM

Le VSM est devenu un langage international et chaque personne ayant travaillé dessus est capable de comprendre la cartographie d’un autre et tout cela grâce à des pictogrammes et autres règles d’illustration.

Le VSM est un outil unique, et si l’on demande à deux personnes de tracer un même processus, on peut s’attendre à voir deux VSM différents. Cependant, voici l’allure générale qu’un VSM doit avoir afin d’être compris par un grand nombre.

  • L’approvisionnement

C’est le point le plus à gauche de notre cartographie. Il permet de voir comment le processus se fait livrer, par qui, en fréquence et en quantité.

  • Le processus

Cette partie comprend toutes les tâches à accomplir par des machines ou autres. On y retrouve un certain nombre d’information évoquées juste avant.

  • Le flux d’information

Le flux d’information est modélisé sur le haut du VSM. On peut y retrouver le type de planification (MRP et autre planification des ressources de production), le temps de planification, le temps de commande, etc.

  • Dernière étape

Une fois votre VSM complété, il ne vous reste qu’à faire la part entre les temps à valeur ajoutée et ceux à non valeur ajoutée et en tirer un temps de défilement.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>